Promenade au bras d’une belle dame avec Yumeji

 

Je le vois dans les rues électrifiées, longer les maisons des quartiers de Tokyo, entre l’ancien et le moderne, côtoyer les femmes qui passent, à la criée, si douces si belles et sauvages comme des vendeuses de poisson. L’instabilité et le déséquilibre, voila le chemin pour un jeune homme. www.pinterest.comCet art de la ligne, dit il, est “l’essence de l’art” car elle exprime la vie intérieure.  Les lignes ne sont pas là pour dépeindre un objet mais pour transmettre l’esprit de l’artiste. la vitesse et la concision disent l’effort de vivre mais il n’est pas possible d’échapper. Le peintre reste sur cette attention à la fragilité et la subtilité, la douceur, même imparfaite de la femme qui suscite toute cette émotion.

 Yumeji,-Evening-Primrose-sc

Au centre du mouvement de corps et du kimono : le visage et deux yeux alléchant une bouche. Mélancolie alanguie, tout en longueur, parfois un trait charbonneux de pastel, comme murmuré, voila le résumé quasi maladif, attendri et soumis à la blancheur. Soupir de l’aspiration. L’une retient, l’autre exige. Ce “longing” est une mélancolie,  sentiment d’imperfection traumatique où le Japon se sent incomplet, avoir envie de répondre à la demande et ne plus connaitre les codes Une envie désespérée d’être libre. La bohème est à la mode, non revendicatrice mais symbole de désir de renouveau.

Yume1004La fleur est offerte et dépérit, sa douceur et les gestes gracieux, pâle de ne pas savoir comment advenir en accord avec la consistance.

b880bb8ab87c8ed67788f825b367c775

Ce qui est vrai est vrai et ne peut plus être faussé, cette énergie touche les points sensibles les plus vitaux, les plus essentiels sans que l’on puisse les détourner  La figure , comme la trace durable de cette délicate promenade est électricité. La tristesse amoureuse, empressée et si pale, ouvertement pensive, naïve comme posée définitivement à distance de la réalité traversante est une définition de la poésie. On songe à Utamaro, l’aristocratie populaire est plus brutale, plus franche et moins sophistiquée.  Le vécu immédiat est plus bruyant, hâte sans empressement.

yumeji_5

Yumeji Beauty and Plum Blossom ihl cat 828 my print web

Comme pour disparaitre d’oser, la couleur linéairement erre dans l’univers, centrée sur elle même et est en désarroi. Mélancolie de l’entredeux ? Éphémère.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s